Tag Archives: industrie textile

La Redoute, tous à la manif jeudi 7 novembre 11h gare Lille Flandres

Communiqué publié sur le blog de l’UD CGT du Nord :

En assemblée générale sur le site de Wattrelos les salariés ont voté le principe d’une manifestation à Lille jeudi prochain pour protester contre le chantage au plan social pour une reprise de l’entreprise.

Le directeur de Kering (ex-PPR), l’actionnaire de La Redoute, a annoncé mardi aux syndicats qu’il envisageait environ la suppression de 700 emplois pour permettre une « meilleure reprise ».

Les repreneurs potentiels de l’enseigne de vente à distance devraient être connus aux alentours de la mi-novembre. Les noms de la foncière Altarea Cogedim et du fonds d’investissement OpCapita ont été évoqués dans la presse cette semaine. Point commun aux projets des repreneurs : « la néces­sité d’une modernisation profonde de La Redoute », selon un porte-parole du groupe cité par l’AFP.

« Le principe d’entamer des actions dès la semaine prochaine« . « Nous allons faire le maximum pour réussir l’action de jeudi prochain« , a souligné au micro Jean-Christophe Leroy, délégué CGT, lors de la deuxième AG. « On peut même inviter d’autres salariés d’autres entreprises » en difficulté, a-t-il poursuivi.

« Il faut aller au bout, nous allons répéter notre action en montant à chaque fois d’un cran« , a ajouté le syndicaliste, ovationné par les salariés présents.
« On va toucher l’image du patron (François-Henri Pinault, ndlr), qui n’est pas un patron responsable, qui est uniquement responsable de la casse de l’emploi« , a déclaré Fabrice Peeters, délégué CGT.

Si François Henri Pinault prétend que l’entreprise est obsolète,  il y a largement contribué à cette situation puisqu’il dirige la Redoute depuis 20 ans et qu’il a été incapable de prendre le virage numérique.

pinault lille

Publicités

Rénover 23 millions de logements d’ici 2050 : un exemple de planification industrielle

Investir dans l’efficacité énergétique des bâtiments est intéressant pour l’environnement, pour l’emploi et pour la balance commerciale, en allégeant la facture énergétique de la France.

PAR AMAR BELLAL , professeur agrégé de génie civil.

(article publié par la revue Progressistes)

Avec 25 % des émissions de CO2 et 43 % de la dépense énergétique actuelle en France, le secteur du bâtiment est incontournable pour atteindre les objectifs du facteur 4 à savoir diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Du côté des logements neufs, le problème est en partie réglé, puisque tous les logements doivent satisfaire à la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation) à partir de janvier 2013, c’est-à-dire une consommation maximale d’environ 50 kWh/m2/an. Mais les logements neufs construits chaque année, ne représentent que 1 % par an du parc de logements total : l’essentiel de la consommation énergétique se fait et continuera à se faire dans l’existant, qui doit donc être la cible principale.

RÉNOVER « INTELLIGEMMENT » SANS CONFONDRE BUT ET MOYEN

co2 franceRénover les 23 millions de logements les plus énergivores en norme BBC serait extrêmement coûteux. C’est ce qui ressort de la plupart des expériences de rénovation sur le terrain. Il faut donc rénover mais intelligemment, en utilisant au mieux les ressources, en sachant par exemple que le coût pour faire passer un logement de 300 à 100 kWh/m2/an est équivalent à celui nécessaire pour le faire passer d’une performance supplémentaire de 100 à 50 kWh/m2/an (norme BBC). Dit autrement : les derniers kWh qu’on veut absolument économiser dans une rénovation ont un coût exorbitant, pour un gain énergétique limité. La situation devient absurde dans certain cas : il revient parfois moins cher alors de raser la construction et de tout reconstruire à neuf en norme BBC que de rénover ! C’est en cela qu’il faut se garder d’être dans la surenchère concernant les performances à atteindre dans les rénovations.

Rénover intelligemment c’est aussi cibler prioritairement la baisse d’émission de CO2 : pourtant la nouvelle réglementation thermique (RT2012) fait que près de 75 % des nouveaux logements et rénovations optent pour le chauffage au gaz au détriment de l’électricité qui est très pénalisée. On a tellement focalisé et stigmatisé le chauffage électrique aujourd’hui qu’on en arrive à faire du « tout gaz » dans les logements, aidé en cela par une nouvelle réglementation taillée sur mesure (voir encadré).

DE NOMBREUSES POSSIBILITÉS TECHNIQUES

comparaison-production-electrivcite-france-allemagne-2012_zoomSi ce sont les émissions de gaz à effet de serre qu’on veut vraiment réduire alors il faut privilégier en plus de la rénovation de l’enveloppe avec des matériaux isolants performants, le remplacement des vieilles chaudières très peu performantes par des systèmes de production de chaleur moderne et écologique, émettant peu de CO2. Ainsi il faudra installer de nombreux chauffe-eau solaire, des pompes à chaleurs (PAC) couplées à de la géothermie basse température, récupérant la chaleur de l’eau des cours d’eau ou des eaux usées, des PAC air-air, privilégier les réseaux de chaleurs fonctionnant au bois ou à l incinération de déchets, et bien sûr les traditionnelles chaudières à bois à fort rendement. C’est seulement quand on ne peut pas faire autrement qu’on doit mettre des chaudières à gaz à haut rendement, mais cela doit rester l’exception à l’inverse de la situation actuelle. Nous disposons d’une panoplie de solutions technologiques pour faire face aux situations diverses qui peuvent se présenter dans les constructions : maison individuelle disposant d’un terrain, habitat collectif très concentré en milieux urbain avec peu de place et une surface de toiture limitée, proximité de source géothermique accessibles, géographie à fort ensoleillement, réseau de chaleur disponible ou tout autre projet réalisable…

UNE NÉCESSAIRE INDUSTRIE POUR PRODUIRE LES MATÉRIAUX ET LES ÉQUIPEMENTS

Il faudrait produire tous ces équipements à plusieurs millions d’exemplaires, il s’agit donc de construire une vraie filière de la production de chaleur renouvelable qui est inexistante en France. C’est un vrai gisement d’emploi au lieu d’importer tous ces produits d’Allemagne ou du Japon. En effet ces équipements doivent être produits localement, si possible dans des usines alimentées par de l’électricité sans CO2, sinon on ne fait que déplacer le problème. Si nous prenons le cas des pompes à chaleurs : l’industrie de l’automobile pourrait s’emparer de ce créneau, les ouvriers, techniciens et ingénieurs disposent de tout le savoir-faire pour réaliser ces produits par millions comme ils ont su le faire avec des machines aussi incroyablement complexes que les moteurs d’automobiles. Il y a aussi tous les secteurs des matériaux de construction et de la chimie avec la production de matériaux isolants performants.

UN DISPOSITIF LÉGISLATIF À ÉLABORER POUR AIDER À LA RÉNOVATION

Aujourd’hui seules quelques dizaines de milliers de rénovations par an se font de façon vraiment efficace, certainement à cause du prix prohibitif et difficilement amortissable dans le temps. On est donc loin de l’objectif des 500 000 logements rénovés par an. À ce rythme les objectifs du Grenelle de l’environnement seront réalisés dans trois siècles !

Pour encourager ces rénovations, il faudrait, en fonction des revenus de chacun, distribuer soit sous forme de subventions ou de prêt à bas taux, des aides pour inciter les propriétaires à rénover leur logement. Rien à voir avec le crédit impôt ou autre dispositifs et aides diverses favorisant les effets d’aubaines chez les marchands de systèmes de chauffages qui en ont profité pour augmenter les prix, avec de nombreuses malfaçons. Ces mesures ont d’ailleurs prouvé leur inefficacité par le peu de rénovations qu’elles provoquaient, sans parler de la cible privilégiée : des propriétaires déjà aisés qui paient des impôts et qui ont les reins assez solides pour contracter un prêt. Précisons que la grande majorité des propriétaires ne sont pas riches, ils possèdent un pavillon et sont endettés à vie. Il y a le cas également des logements collectifs privés : comment faire en sorte que les travaux ne se soient pas imposés à des copropriétaires démunis et qui se trouveront dans l’obligation de céder leur logement ? Le vote en assemblée de copropriétaires de travaux coûteux est souvent une façon d’exclure les propriétaires les plus pauvres de l’immeuble qui se voient obligés de vendre et quitter le quartier, c’est déjà le cas à Paris par exemple. Il faut donc se garder de mesures autoritaires visant à rendre obligatoire la rénovation sans donner toutes les aides adéquates, sinon c’est source de nouvelles exclusions.

FINANCEMENT

10 à 15 milliards d’euros par an sont nécessaires pour financer un tel plan, sur la base de 500 000 logements rénovés par an, avec un coût de 20-25 000 euros par appartement permettant de passer de 300 kWh à 100 kWh/m2/an, performance qui reste raisonnable et techniquement faisable. L’ampleur du financement donne d’autant plus de pertinence à notre proposition de pôle public financier, qui orienterait la création monétaire pour cette grande cause nationale (et non pour la spé- culation !).

Notons aussi que la facture de chauffage de la France, 15 milliards d’euros pour le volet gaz et fioul importé sur les 60 milliards d’importation d’hydrocarbures (pour le transport notamment), serait allégée, ce qui contribuerait à relocaliser la création de richesse en France, puisque cet argent serait utilisé pour payer des salaires plutôt que les rentiers des hydrocarbures (Gazprom, Qatar..). Bon pour l’environnement, bon pour la balance commerciale, et bon pour l’emploi et l’ industrie.

UN PLAN DE FORMATION MASSIF S’IMPOSE

Les métiers nécessaires à la planification écologique exigent l’élévation des qualifications.

formabatPour mener à bien un tel programme de rénovation et tenir également le front des constructions neuves avec la nouvelle norme BBC, il s’agira non seulement de mobiliser des financements mais aussi avoir des salariés formés à ces techniques, et on en est loin… On passe d’une précision du cm au mm concernant la mise en œuvre des matériaux, autant dire une petite révolution dans la profession, car on a à faire ici à des bâtiments dont l’imperméabilité à l’air doit être irréprochable. La France manque de chauffagistes, de charpentiers, de couvreurs, de plaquistes fiables sans compter le manque de bureaux d’études en rénovation énergétique qui intègre la problématique d’ensemble des bâtiments. De nombreuses malfaçons ont d’ailleurs été constatées ces dernières années du fait de l’absence de maîtrise de ces nouvelles techniques (chauffe-eau solaire, pompe à chaleur). D’autre part les visions parcellaires qui prédominent dans la conception des bâtiments sont un obstacle pour atteindre de telles performances énergétiques. Il ne sert par exemple à rien d’installer des fenêtres à haute performance si l’enveloppe médiocre du logement annule complètement le gain énergétique. Cela demande une culture nouvelle, associant très étroitement ingénieur et architecte, la séparation en France très forte de ces deux professions est aussi problématique. La profession n’a pas pris la mesure de ce défi tant en formation que dans les conditions de travail. Et ne parlons pas de l’enseignement technique où le génie civil dans les lycées techniques a été réduit à peau de chagrin.

 

POMPES À CHALEUR

Il existe pourtant un chauffage électrique «intelligent» qui permet d’exploiter le potentiel de la chaleur renouvelable: les pompes à chaleur… malheureusement pénalisées par la RT2012 ! Cette réglementation (RT2012, réglementation thermique 2012), concernant la partie définissant les méthodes de calcul de l’énergie consommée par un logement notamment (en kWh/m2/an), a très peu à voir avec une évaluation scientifique mais est de nature plutôt idéologique: en France, tout est fait aujourd’hui pour décourager l’usage de l’électricité pour le chauffage croyant que c’est aller dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique. Pourtant, rien n’est plus faux: le chauffage au gaz est bien plus émetteur de CO2 que le chauffage électrique, y compris en incluant les journées de pic de consommation en hiver obligeant à démarrer des centrales au charbon et au fioul pendant quelques jours, et qu’on ne manque pas de médiatiser. Cela occulte les millions de chaudières au gaz qui fonctionnent -elles- toute l’année ! Et que dire de l’Allemagne, pourtant érigée en modèle, où un tiers de l’électricité est produit tous les jours par des centrales au charbon. Substituer au chauffage électrique le gaz, revient à pratiquer la politique de Gribouille. Et d’autre part il ne s’agit plus aujourd’hui de faire du chauffage électrique «simpliste» par des radiateurs à effet joule classique, mais avec l’aide de pompes à chaleurs qui consomment 3 à 4 fois moins d’électricité, couplé à de la géothermie basse température, à des puits canadiens, ou des circuits d’eaux usées : c’est très efficace, y compris en milieu urbain… un chauffage électrique «intelligent» en somme, et avec une électricité qui émet très peu de CO2.  

Le New York Times publie un article à propos des musulmans à Roubaix, l’Association Paul Eluard lui répond

Monsieur le rédacteur en Chef du New York Times,nyt

Nous venons de prendre connaissance de l’article que votre journal a consacré à notre ville de Roubaix. Nous regrettons que tout l’arc en ciel des forces politiques et associatives intervenant à Roubaix n’ait pu avoir la parole, comme les dirigeants écologistes, communistes, conservateurs, libéraux, l’Université Populaire et Citoyenne, la Fédération des Associations Laïques, le Centre Culturel du Monde Arabe, les églises catholiques ou protestantes, notre propre association Paul Eluard et bien d’autres.

Voici pourquoi nous vous répondons, d’autant plus que certains propos dont vous vous faites l’écho font déjà les choux gras des sites de l’extrême droite française.

Nous connaissons la valeur de votre journal; nous aurions espéré un regard plus rigoureux, des analyses contradictoires et plus contrastées.

Nous nous tenons à votre disposition pour donner une image différente de cette ville dont nous sommes fiers et que nous aimerions à nouveau voir rayonner.

Avec nos sincères salutations,

Pierre Outteryck, Président de l’Association Paul Eluard, professeur agrégé d’histoire, docteur d’État en littérature française, fondateur-animateur de la SARL Geai Bleu Edition.

Eric Mouveaux, Secrétaire de l’Association Paul Eluard, syndicaliste, dirigeant d’association d’Éducation Populaire.

Notre texte traduit en Français :

Le journal « La Voix du Nord », dans son édition du 6 aout 2013, se faisait l’écho d’un article publié dans le New York Times à propos de l’intégration des musulmans dans notre ville de Roubaix. Cet article pose un regard et des affirmations qui méritent qu’on s’y arrête.

Tout d’abord quelques rappels :

Roubaix n’est pas une petite ville; elle est la deuxième ville de la région Nord-Pas de Calais, la 42ème ville de France et elle rayonne sur une agglomération de plus de 250 000 habitants. Elle fut surnommée la Manchester du Nord, avant que le patronat textile ne saccage des usines que les experts reconnaissaient encore comme performantes dans les années 1975-1990. Le but de ces patrons était de faire plus d’argent, ailleurs, et peu importait le sort des populations roubaisiennes.

Fakir encore disponible en kiosque

Fakir encore disponible en kiosque

Aujourd’hui à Roubaix, il y a plus de 22 % de chômeurs et près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. En revanche les

grandes familles issues du textile comme les Arnault et les Mulliez se portent bien. Leur très grande fortune trouve en grande partie sa source dans la casse de l’industrie textile et la misère des roubaisiens.

Depuis le XIXe siècle, Roubaix fut une ville d’immigration. Belges, portugais, italiens, espagnols, polonais, populations d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne et d’Asie, ces travailleurs ont participé eux aussi à construire les richesses de notre ville.

Le mouvement ouvrier a toujours eu pour souci de leur permettre de vivre ensemble, de les respecter, de leur donner un coin de ciel bleu. Ces syndicalistes, ces militants socialistes ou communistes étaient tous marqués par la puissance fédérative de la laïcité.

La laïcité, en France, c’est le respect absolu de la liberté de conscience, le respect de soi même et des autres, la volonté politique de permettre à chacun de pratiquer sa religion et d’éviter toute discrimination, tout communautarisme aujourd’hui souvent caché sous la langue de bois du multiculturalisme.

En 1892, le premier Maire ouvrier, Henri Carette, libre penseur notoire, déclarait : « la pauvreté est dramatique dans notre ville, je veux que tous les enfants d’ouvriers puissent avoir un repas chaud par jour. Beaucoup sont issus de familles chrétiennes ; le vendredi il n’y aura pas de viande afin que cela ne gêne pas leurs convictions ». lebas

Quarante ans plus tard, Jean-Baptiste Lebas, Maire socialiste de Roubaix, assassiné par les nazi en 1943, développe pour tous les roubaisiens un lieu de sports et de cultures rue Nabuchodonosor, aujourd’hui en déshérence. Il crée aussi une piscine et des bains publics ultra modernes en 1930.

Associations catholiques et protestantes, groupes laïques, ont tout mis en œuvre pour développer des relations entre les communautés. Aujourd’hui, des associations où militent des femmes et des hommes musulmans travaillent dans le même état d’esprit, comme le dit Sliman Taleb Ahmed, président du collectif des institutions musulmanes de Roubaix, dans l’article du New York Times : « Notre leitmotiv est de vivre ensemble, et dans ce vivre ensemble, il y a une image que nous voudrions donner de la communauté musulmane: que nous sommes des citoyens français avant tout, avant l’aspect religieux.»

Dans cet article plusieurs assertions méritent d’être analysées de près :

Laïcs que nous sommes, nous pensons que le vivre ensemble ne peut se réduire à la construction nécessaire de lieux de cultes.

Le mieux vivre ensemble à Roubaix passe aussi par la fin de la misère, des discriminations à l’emploi, des contrôles au faciès, de la ségrégation territoriale ; par le droit effectif à un logement digne, à l’énergie, à l’eau, aux transports, à la culture.

Il passe aussi par l’implication des citoyens et de leurs associations dans les décisions publiques, dans le respect de l’identité, de la dignité et de la légitimité de chaque partenaire.

Il passe enfin par le droit de vote de tous les résidents étrangers aux élections locales ; toujours promis, toujours repoussé…

L’ancienne Ministre de la Jeunesse et des Sports, députée de Seine Saint Denis, Marie-Georges Buffet, rappelle qu’il y a moins de policiers et d’enseignants par habitant en Seine Saint-Denis que dans les Hauts-de-Seine, département le plus riche de France. Elle affirme que les banlieues ne veulent pas d’un plan spécifique, elles veulent la fin des discriminations.

trappesA l’instar des médias français, l’article présente les événements de Trappes, les réduisant à un problème religieux. Rappelons la lettre au Premier ministre d’Alain Hajjaj, Maire PCF de La Verrière (commune limitrophe de Trappes) : « Il ne faut pas se tromper de sujet, le problème de nos quartiers n’est pas l’islam. L’essentiel des musulmans sont des citoyens ordinaires ayant les mêmes inquiétudes et les mêmes désirs que les autres habitants.(…) C’est un chemin de croix humiliant que d’être pauvre (…) Beaucoup de jeunes citoyens et de moins jeunes expriment leur sentiment de n’être ni reconnus ni respectés. (…) Un quotidien vécu par beaucoup comme une succession de brimades, de « refus », de « rejets », de contrôles par des agents des services publics, de présentation de papiers. On nous dit sans cesse que les quartiers s’éloignent de la République et basculent soit vers la religion, soit vers le banditisme. N’est-ce pas plutôt la République qui s’éloigne des quartiers et laisse le champ libre à d’autres formes d’organisation sociale ou d’économie ? »vote ne

Nous aimerions entendre ce type de propos par les responsables politique de notre ville. Grâce à leurs mandats, ils pourraient être un levier pour obtenir enfin le droit de vote de tous les étrangers, l’arrêt des contrôles au faciès, la fin de la stigmatisation de nos quartiers, identifiés comme « zones de sécurité prioritaire ».

Aujourd’hui, suivant les chiffres du Maire, Roubaix compterait 20 % de musulmans. Selon les propos de Bertrand Moreau, chargé de communication du maire de Roubaix : « Quand vous regardez la courbe démographique, dans deux ou trois générations, toute la France ressemblera à Roubaix ». Selon lui « Roubaix est un laboratoire » !

Il oublie que tous les démographes et les géopolitiques, comme Emmanuel Todd, expliquent que le taux de fécondité dans tous les pays du monde ou presque est devenu inférieur à trois enfants par femme. En France, les familles d’origine étrangère ont des fécondités proches des familles autochtones. Toutes les statistiques le prouvent, le métissage interculturel se développe. Les propos de monsieur Moreau sont graves, sont dramatiquement graves. Ils amènent de l’eau au moulin de l’extrême droite qui voit notre pays submergé par une « marée musulmane ».

Roubaix un laboratoire pour la France ? Quel avenir ? 22 % de chômeurs, un développement économique exclusivement exogène, 43 % des familles vivant sous le seuil de pauvreté… et des jeunes qui par dérision portent un t-shirt « I’m Muslim. Don’t Panic ».

Roubaix, le Nord Pas de Calais, la France méritent mieux que cela.

Pierre Outteryck,

Président de l’Association Paul Eluard, professeur agrégé d’histoire, docteur d’État en littérature française, fondateur-animateur de la SARL Geai Bleu Edition.

Eric Mouveaux,

Secrétaire de l’Association Paul Eluard, syndicaliste, dirigeant d’association d’Éducation Populaire.

Le texte  original adressé au New York Times :

Dear Editor-in-Chief of the New York Times,

We have just read the article that your journal devoted to our city of Roubaix. We regret that the whole rainbow of political and associative forces operating in Roubaix could not take the word as leaders environmentalists, communists, conservatives, liberals, the People’s University and Citizen, the Federation of Lay Associations, the Cultural Center of the Arab World, the Catholic and Protestant churches, our own Paul Eluard and other associations.

Here’s why we are responding, especially as some opinions you’re publishing are already fodder for sites the French extreme right.

We know the value of your newspaper, we would have hoped for a more thorough look, and more contrasted analyzes.

We are at your disposal to give a different image of the city that we are proud and we would like to see shine anew.

Sincerely,

Outteryck Pierre, President of the Association Paul Eluard, Associate Professor of History, Ph.D. French literature, founder-leader of the Blue Jay Ltd Edition.

Eric Mouveaux, Association Secretary Paul Eluard, unionist leader of Popular Education Association.

The newspaper « La Voix du Nord » in its issue of August 6, 2013, echoed in an article published in the New York Times about the integration of Muslims in our city of Roubaix. This article takes a look and statements that deserve attention.

First a few reminders:

Roubaix is ​​a small town and is the second largest city in the Nord-Pas de Calais region, the 42nd largest city in France representing a city of over 250,000 inhabitants. It was called the Manchester of the North, before the textile employers ransacked factories that experts still recognized as successful in the years 1975-1990. The purpose of these CEOs was to make more money elsewhere, not taking into account the fate of Roubaix populations.

Today in Roubaix, unemployment is above 22% and nearly half the population lives below the poverty line. In contrast, large families from textiles such as Arnault and Mulliez are doing well. Their vast fortune is largely rooted in the breaking of the textile industry and the misery of Roubaix people.

Since the nineteenth century, Roubaix was a city of immigrants. Belgian, Portuguese, Italian, Spanish, Polish, North Africa, sub-Saharan Africa and Asian populations, these workers are also involved in building the wealth of our city.

The labor movement has always been busy enabling them to live together, to respect them, to give them a bit of blue sky. These unionists, the socialist or communist activists were all marked by the Federal power of secularism.

Secularism in France means absolute respect for freedom of conscience, respect for oneself and others, the political will to allow everyone to practice their religion and to avoid any discrimination, community ghettos today often hidden in the jargon of multiculturalism.

In 1892, the first working-class Mayor Henry Carette, notorious freethinker, said: « Poverty is dramatic in our city, I want all the children of workers can have a hot meal per day. Many are from Christian families on Friday there will be no meat so that it does not interfere with their beliefs. « 

Forty years later, Jean-Baptiste Lebas, Socialist mayor of Roubaix, murdered by the Nazis in 1943, develops for all Roubaix people a place for sports and street cultures Nebuchadnezzar Street, now dormant. He also creates a pool and ultra modern bathhouse in 1930.

Catholic and Protestant associations, secular groups have worked hard to develop relationships between the communities. Today, associations where women and men Muslim activists working in the same state of mind as Sliman Taleb Ahmed, chairman of the group of Muslim institutions Roubaix said in the article in the New York Times:

« Our motto is to live together and in this ‘live together’, there is an image that we would like to give the Muslim community that we are French citizens foremost, before the religious aspect. »

In this article several assertions deserve to be closely analyzed:

We lay, believe that living together can not be reduced to the necessary construction of places of worship.

The ‘live better’ together in Roubaix means also the end of poverty, discrimination in employment, racial profiling, territorial segregation, the effective right to decent housing, energy, water , transportation, culture.

It also requires the involvement of citizens and their associations in public decisions in respect of identity, dignity and legitimacy of each partner.

Finally, it goes through the right of vote of all foreign residents in local elections; always promised, always delayed …

The former Minister of Youth and Sports, MP for Seine Saint Denis, Marie-George Buffet, said there are fewer police officers and teachers per capita in Seine-Saint-Denis in the Hauts-de-Seine, the richest region in France.

She asserts that the suburbs do not want a specific plan, they want an end to discrimination.

Like the French media, the article presents the events of Trappes, reducing them to a religious problem. Let’s recall the letter to of Alain Hajjaj Mayor PCF The Canopy (town bordering Trappes) to the Prime Minister: « Make no mistake, the problem of our neighborhoods is not Islam. The majority of Muslims are ordinary people with the same concerns and the same desires as other people. (…) It is humiliating to be poor (…) a lot of young and less young people and express their feeling of being neither recognized nor respected. (…) A daily experience by many is a succession of bullying, « refusal », « rejection » by public officials, ID controls. We are told constantly that the neighborhoods are moving away from the Republic and fall either to religion or to the crime. Is it not rather the Republic that moves away from neighborhoods and leaves the field open to other forms of social organization or economy? « 

We would like to hear this kind of questions from officials of our city. With their mandates, they could be leveraged to finally get the right of vote of all foreigners, to stop racial profiling, to end of the stigma of our neighborhoods identified as « priority security zones. »

Today, according to figures from the Mayor, Roubaix counts 20% of Muslim people. In the words of Bertrand Moreau, communications officer of the mayor of Roubaix: « When you look at the demographic curve, in two or three generations, all France will look like Roubaix. » According to him « Roubaix is ​​a laboratory! »

He forgets that all demographers and geopolitical experts like Emmanuel Todd, explained that the fertility rate in almost all countries of the world fell below three children per woman. In France, families of foreign origin have fertility close to autochthon families. All the statistics prove it, intercultural mixing develops. The words of Mr. Moreau are serious, are dramatically serious. They bring water to the mill of the extreme right who sees our country overwhelmed by « Muslim tide » .

Roubaix a laboratory for France? What’s the future? 22% unemployment, a purely exogenous economic development, 43% of families living below the poverty line … and youth who are in derision whearing a t-shirt « I’m Muslim. Do not Panic. « 

Roubaix, Nord Pas de Calais, France deserve better.

Pierre Outteryck,

President Paul Eluard, Associate Professor of History, Ph.D. French literature, founder-leader of the Blue Jay Ltd Edition Association.

Eric Mouveaux,

Association Secretary Paul Eluard, unionist leader of Popular Education Association.

Les grandes fortunes roubaisiennes pèsent sur le dos des roubaisiens

Le Magazine patronal Challenge vient de publier la liste des 500 plus grosses fortunes de France.

Nous avons relevé parmi elles 5 fortunes qui nous semblent les plus marquantes de la vie économique roubaisienne.

Bernard Arnaud, né à Roubaix et dont la fortune a démarré dans notre ville (cliquez ici pour en savoir plus)

Gérard Mulliez, le célèbre fondateur du groupe Auchan en lieu et place de l’industrie textile,  résidant « franco-belge »

François Pinault, celui qui après avoir pressurisé le groupe La Redoute, le vend par morceaux pour plus de profits, sans aucun égard pour l’emploi et la vie économique locale. Il vient de supprimer le « bus des mines » car il coûte trop cher !

Jean Duforest et Jean-Luc Soufflet, fondateur de Camaïeu et de ID Groupe (Okaïdi, Jacadi, Oxybul, Obaïbi)

Octave Klaba, fondateur d’OVH, symbole de la nouvelle économie roubaisienne

tableau fortunes rbxEntre 2012 et 2013, la fortune cumulée des trois premiers de ce tableau c’est accrue de 8,8 milliards d’euros, soit  des gains soit de quoi payer les salaires et les cotisations sociales de 350 000 salariés au SMIC pendant un an, donc de réduire le chômage de 10 %!

Plus significatif encore, la fortune cumulée des quatres premiers de ce classement c’est accrue depuis 2009 (point culminant de la crise financière en France) de 19, 9 milliards d’euros. C’est exactement le montant que le gouvernement dit rechercher pour financer les retraites en 2017.

L’augmentation de la richesse nationale n’a été que de 0,1 % en 2012.

L’augmentation de la fortune des plus riches n’a été possible qu’en jouant à la bourse, en écrasant leurs salariés, leurs etre richeclients, leurs fournisseurs, l’État et les collectivités locales sous forme de subventions et d’exonérations nombreuses.

L’augmentation de leur fortune en pourcentage en un an est jusqu’à 10 fois supérieure à l’augmentation du SMIC depuis 5 ans (+6,6%).

L’augmentation de leur fortune ce fait donc en grande partie sur l’aggravation de la misère des roubaisiens

Ce qui est inquiétant c’est que le jour ou Challenge publie son classement, Didier Migaud, Président de la Cour des Comptes présentait un rapport incitant à la suppression des départements pour faire des économies.

Entre s’attaquer aux grandes fortunes pour assurer l’Egalité et la Fraternité dans notre pays et s’attaquer à l’organisation de la République issue de la Révolution Française, monsieur Migaud a visiblement choisi son camp.

Que fera le gouvernement dont « l’adversaire c’est la finance » ?