Tag Archives: wattrelos

Défendons nos associations!! (communiqué du Collectif des Associations Citoyennes)

Conférence du CAC à Roubaix en présence des candidats aux municipales 2014

Conférence du CAC à Roubaix en présence des candidats aux municipales 2014

Vous trouverez ci dessous le communiqué du Collectif des Associations Citoyennes qui alerte sur la suppression massive d’emplois associatifs, présents et à venir, directement liés aux choix politiques du gouvernement. Les Maires de l’agglomération roubaisienne, ou l’emploi associatif est déjà durement touché, soutiendront-il les revendication vitales du CAC?

Le 3 septembre 2014cac logo

Défendons nos associations !!

 

Le plan de rigueur annoncé en avril 2014 par le Premier ministre est d’une ampleur inédite.

L’Association des maires de France(AMF) alerte solennellement le gouvernement sur les graves conséquences d’une baisse cumulée de 28 milliards d’euros des concours financiers de l’Etat aux collectivités locales sur la période 2014-2017. Elle réclame avec le Comité des finances locales (CFL)le réexamen du dispositif envisagé.  
Le Collectif des associations citoyennes (CAC) partage l’analyse de l’AMF sur le caractère dramatique et irréalisable de l’annonce gouvernementale.

Si celle-ci n’est pas modifiée, de nombreuses associations citoyennes disparaîtront dans les 4 ans qui viennent et, avec elles, des centaines de milliers d’emplois associatifs.graphiques-estimation-plan-de-rigueur 2

 Source : voir estimation réalisée par le CAC ICI.

A cela s’ajoute le « projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République » qui, en supprimant la clause de compétence générale* des conseils régionaux et généraux, risque d’asphyxier plus encore les associations locales et de fragiliser la démocratie de proximité.
Ni le financement privé (crowdfunding, augmentation des cotisations, recours aux fondations), ni le développement d’emplois précaires et sous qualifiés dans les associations ne sauraient compenser le désengagement de l’Etat.                                                                      

Le Collectif des associations citoyennes :

– soutient les communes qui ont délibéré pour dénoncer le caractère inacceptable et irréalisable des économies envisagées et réclame l’ouverture d’une négociation avec le gouvernement sur la baisse de la dotation aux collectivités, en y incluant ses conséquences sur l’action associative ;

– demande la création d’un fonds de soutien à l’action associative. Cette mesure est nécessaire pour éviter un effondrement de l’action associative et de l’engagement bénévole, maintenir et développer la diversité associative et répondre à des besoins qui s’accroissent ;

– demande que les compétences en matière de jeunesse, d’éducation populaire, d’environnement et de défense des droits et des causes soient partagées entre les communes et leurs groupements, les départements et les régions, au même titre que ce que prévoit le projet de loi sur l’Organisation Territoriale en matière de culture, de sports et de tourisme ;

– réaffirme le rôle irremplaçable des associations sur nos territoires et leur indispensable prise en compte dans la co-construction des politiques publiques.

 

Nous, associations et citoyens, ne laisserons pas détruire sans réagir le tissu associatif de nos territoires et de nos villes.

Pour suivre l’actualité du CAC, consultez : www.associations-citoyennes.net

*Disposition qui permet à une collectivité de dépasser les compétences qui lui sont attribuées par la loi et d’intervenir sur tout domaine d’intérêt public local (ou départemental ou régional), dont elle estime nécessaire de se saisir au nom de l’intérêt local ; elle rend possible la  création d’un service public local, la réalisation de travaux, l’attribution de subventions, etc.

Voir ICI la version PDF de ce communiqué  

 

 

 

Israël-Palestine : un citoyen de Wattrelos demande au député Dominique Baert, action, courage et prise de responsabilités

Wattrelos le 28 août 2014

Jean Pierre TONDER
59150 WATTRELOS

 

Monsieur Dominique BAERT
Député du Nord
Hôtel de Ville de Wattrelos

Monsieur le Député,
Durant des semaines la population palestinienne de la bande de Gaza a été pilonnée par l’armée israélienne (la 5 ème armée du monde). Le bilan est très lourd.

A ce jour 2.105 morts palestiniens dont 563 enfants, 269 femmes et 110 personnes âgées. 10.540 blessés lors de ces bombardements aveugles de l’armée d’occupation israélienne, dont 1.997 femmes, 434 personnes âgées et 3.190 enfants. Plus de 7840 raids israéliens en quarante-huit jours partout dans la bande de Gaza. Côté israélien, 64 soldats et quatre civils ont perdu la vie.
L’ampleur de cette intervention militaire est considérable (1*).

En France et partout dans le monde des citoyens épris de paix et de justice se sont mobilisés pour l’arrêt de ce massacre de civils et pour que le droit soit enfin respecté en Palestine, territoire occupé par l’Etat Israélien. Le courage du peuple palestinien et la mobilisation mondiale qui s’est réalisée autour d’eux ont permis le cessez-le-feu qui vient d’être signé.
Construire la paix dans cette région du monde c’est garantir la sécurité des deux peuples et contribuer à leur développement respectif. Seule la paix, le plus vite possible, permettra aux
jeunes générations de construire l’avenir.
Les faits sont têtus. Le gouvernement de droite d’Israël, soutenu par son extrême ne veut pas la paix.

Il occupe des territoires palestiniens, construit un mur de séparation en Cisjordanie, multiplie la construction de colonies, il rejette les résolutions de l’ONU qui le condamne depuis des décennies (2*), il emprisonne plus de 6.000 palestiniens dont 183 sans accusation ni jugements sous le coup d’une détention administrative. Plus de 700 enfants sont en prison pour avoir jetés des pierres. A ce jour 35 députés palestiniens et 3 anciens ministres sont emprisonnés.
Cette situation ne peut durer. Je partage totalement le point de vue de Michel Tubiana ancien président de la Ligue des droits de l’homme quand il déclare :
«Il faut que la communauté internationale prenne ses responsabilités car s’il est une chose qu’elle ne fait pas depuis maintenant des décennies dans cette affaire qui dure depuis
longtemps, c’est bien cela. À elle de prendre les mesures nécessaires pour que cet État respecte le droit international comme n’importe quel autre État. Si la communauté internationale se met d’accord, il ne sera pas très compliqué de régler ce conflit. Je vois mal qu’Israël puisse à lui seul décider de se rebeller contre la totalité de la communauté internationale. Le problème, aujourd’hui, c’est qu’Israël dispose d’un parrain absolu qui le couvre systématiquement, qui sont bien évidemment les États-Unis. Et puis, Israël dispose du soutien d’autres États pour des raisons diverses qui tiennent à l’histoire et aux rapports de forces d’aujourd’hui. Ils passent leur temps à tenir des discours et à ne pas les convertir en actes. Je pense à l’Union européenne qui ne cesse de payer la reconstruction des biens palestiniens que les Israéliens ne cessent de détruire. Il faudra bien que la communauté internationale, qui s’est donné les moyens de créer une Cour pénale internationale, apprenne que ne peuvent rester impunies les morts de femmes et d’enfants. Tirer sur des civils, quelle  que soit leur nationalité, est un crime de guerre passible en tant que tel de la Cour pénale internationale. »

Le poids de la France au sein de cette communauté est important comme au sein de l’ONU.

Hier sous les gouvernements de droite et aujourd’hui avec le PS au commande, la France parle mais n’agit pas pour que le droit l’emporte sur la force. Sans surprise les partis et élus de droite en France et de l’extrême droite se sont tus (à part Dominique de Villepin) durant ces 50 jours de bombardements sur Gaza. Les déclarations de François Hollande ont, quant à elles, été en retrait de celles de ces prédécesseurs à l’Elysée.

Monsieur le Député, je salue les quelques élus et militants socialistes français qui, à titre individuel, ont rendu public leur condamnation de l’intervention militaire israélienne. Par
contre je ne comprends pas que le député socialiste du Nord que vous êtes ne se soit pas joint à cette condamnation ni exprimé sur son blog durant cette période.

Comme vous l’ignorez peut être, l’archevêque émérite sud-africain Desmond Tutu, compagnon de lutte de Nelson Mandela vient d’appeler à un boycott mondial d’Israël et adresse au peuple israélien le plaidoyer :

« Libérez-vous en libérant la Palestine ». Il a appelé « les sœurs et frères israéliens présents à la conférence internationale des architectes qui se tenait en Afrique du Sud à se dissocier activement, ainsi que leur profession, de la conception et de la construction d’infrastructures visant à perpétuer l’injustice, notamment à travers le mur de séparation, les terminaux de sécurité, les points de contrôle et la construction de colonies construites en territoire palestinien occupé ». Il ajoutait « Le mois dernier, 17 gouvernements européens ont appelé leurs citoyens à ne plus entretenir de relations commerciales ni investir dans les colonies israéliennes illégales. Récemment, on a pu voir le fond de pension néerlandais PGGM retirer des dizaines de millions d’euros des banques israéliennes, la fondation Bill et Melinda Gates désinvestir de G4S, et l’église presbytérienne américaine se défaire d’un investissement d’environ 21 millions de dollars dans les entreprises HP, Motorola Solutions et Caterpillar. C’est un mouvement qui prend de l’ampleur.
Nous, Sud-Africains, connaissons la violence et la haine. Nous savons ce que cela signifie d’être les oubliés du monde, quand personne ne veut comprendre ou même écouter ce que nous exprimons. Mais nous savons aussi ce que le dialogue entre nos dirigeants a permis, quand des organisations qu’on accusait de « terroristes » furent à nouveau autorisées, et que
leurs meneurs, parmi lesquels Nelson Mandela, furent libérés de prison ou de l’exil. Bien sûr, le fait d’avoir eu des dirigeants extraordinaires nous a aidés. Mais ce qui au final a poussé ces dirigeants à se réunir autour de la table des négociations a été la panoplie de moyens efficaces et non-violents qui avaient été mis en œuvre pour isoler l’Afrique du Sud sur les plans économique, académique, culturel et psychologique. A un moment charnière, le gouvernement de l’époque avait fini par réaliser que préserver l’apartheid coûtait plus qu’il ne rapportait. L’embargo sur le commerce infligé dans les années 80 à l’Afrique du Sud par des multinationales engagées fut un facteur clé de la chute, sans effusion de sang, du régime d’apartheid. Ces entreprises avaient compris qu’en soutenant l’économie sud-africaine, elles contribuaient au maintien d’un statu quo injuste. »

« La raison pour laquelle ces outils – boycott, sanctions et retraits des investissements – se sont finalement avérés efficaces, est qu’ils bénéficiaient d’une masse critique de soutien,
aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Le même type de soutien envers la Palestine dont nous avons été témoins de par le monde durant ces dernières semaines ».

Monsieur le Député
L’heure est à l’action. La France doit exiger la levée totale du blocus de Gaza, l’arrêt immédiat des colonies, la suspension de l’accord Union Européenne/Israël, l’arrêt de toute coopération militaire avec Israël et l’embargo sur les armes, l’interdiction des investissements dans les colonies israéliennes, la libération de tous les prisonniers palestiniens parmi lesquels Marwan Barghouti.

La France doit être à la tête d’une campagne internationale afin que les résolutions de l’ONU soient appliquées en particulier la reconnaissance de l’Etat Palestinien dans ses frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale.

Il appartient aux députés de la République Française de prendre leurs responsabilités avec courage car il n’y a pas d’autres solutions pour construire la paix dans cette région du globe.
Monsieur le Député
Comme citoyen, parmi tant d’autres, animé par un esprit de justice et de paix, je prends mes responsabilités de manière publique. J’attends de votre part la même chose.
Dans l’attente de lire votre courrier en réponse à ma lettre et votre prochaine déclaration publique, recevez Monsieur le Député, mes cordiales salutations.

Jean Pierre TONDER
(1 *) Des quartiers effacés de la carte. 2.520 maisons détruites totalement et 5.790 maisons endommagées. Plus de 27.000 personnes sont sans-abri après la destruction de leurs maisons. 120 mosquées détruites et une église visée. 5 universités et 150 écoles publiques bombardées dont 25 détruites. 5 écoles de l’ONU visées et 5 hôpitaux bombardés. 29 centres médicaux bombardés. 120 usines détruites. 3 banques visées. 20 organisations et associations détruites. 30 postes de polices touchés et 50 bâtiments publics bombardés. La centrale électrique détruite totalement. 30 puits d’eau bombardés. 11 cimetières bombardés. Des routes et des terrains agricoles détruits. Des infrastructures civiles détruites. Les pertes économiques à Gaza dépasse 4 milliards d’euros
(2*) Les résolutions de l’ONU qu’Israël ne respecte pas : http://www.un.org/french/documents/scres.htm  Résolutions 228 – 242 – 252 – 298 – 338- 446 –
452 – 465 – 468 – 471- 476 -478 – 605 –

Antenne relais Croix/Roubaix Montesqieux : un combat, un choix de société!

Un collectif se mobilise actuellement à Croix et Roubaix contre la mise en service d’une antenne relais à proximité de la crèche Montesquieux àcrèche pour tous Roubaix.

Le collectif de signataires s’appelle « Une crèche pour tous », ils ont raison de se mobiliser.

Car il s’agit d’un véritable combat pour une société qui préserve la qualité de vie de tous, l’environnement et le bien être humain avant toute autre considération.

Tout d’abord, pour éclairer notre propos, vous pouvez consultez la carte complète des antennes relais de téléphonie sur l’agglomération de Roubaix, en cliquant sur ce lien.

Que montre cette carte ?

1) les réseaux mobiles se superposent et multiplient donc par trois, et parfois quatre, les nuisances pour les citoyens.
2) les antennes sont implantées en majorité sur le toit des immeubles de logements HLM, ce qui entraîne :
        a) une nuisance accrue pour les classes populaires.
        b) des revenus complémentaires significatifs pour les organismes HLM qui pallient ainsi, en partie, au sous financement chronique du logement social dans notre pays.

Ce combat contre les antennes relais est donc un combat éminemment politique.

Ceux qui se  mobilisent contre l’implantation d’antennes relais « dans leur jardin »  comme on le voit à Croix, à Roubaix Montesqieux, à Leers, à Lys, à Wattrelos. .. ont raison de vouloir protéger leurs enfants.

Mais cette mobilisation n’a de chance d’aboutir durablement qu’en proposant des solutions pour faire différemment. Sauf à penser « mieux vaut dans le jardin du voisin que dans le miens ».

La multiplication des antennes relais est liée à l’évolution technologique (2g puis 3g puis 4g…) et à la « concurrence libre et non faussée » entre les quatre réseaux d’opérateurs.

hlm roubaix centreComme le montre la carte d’implantations, ce sont les habitants des immeubles HLM et leurs enfants qui sont les première victimes de la multiplication des antennes relais et de leurs nuisances. Ce sont aussi ces habitants qui vivent quotidiennement les contrats précaires et mal payés des prestataires de la téléphonie mobile (Call Expert, les commerçants franchisés et bien d’autres…).

Il est totalement anormal que les antennes relais soient installées sur le toit des immeubles HLM, sans concertation avec les résidents et sans une réduction significative de loyer au regard du préjudice subit.

Il est anormal que les organisme HLM doivent avoir recours aux antennes relais ou à la publicité pour boucler leurs budgets.

Supprimer les services associés à l’évolution technologique?

Presque personne n’y songe.

Pourtant des solutions simples existent.
Il est possible de diviser par trois, voire quatre par endroits, le nombre d’antennes relais et améliorer significativement les conditions de vie des résidents et les conditions de travail des salariés de la téléphonie mobile et de leurs sous-traitants : un service publique unifié de télécommunication et internet.

Le combat juste contre l’implantation exponentielle des antenne relais est indissociable du combat contre la gestion capitaliste des télécommunications dont l’objectif est le profit maximum à court terme. L’évolution technologique doit s’accompagner d’une politique de long terme centrée sur le développement humain durable, en limitant au maximum les risques pour la santé publique. Seule la puissance publique et capable de mettre en œuvre une telle politique incompatible avec la recherche immédiate de profits.

Le combat juste contre l’implantation exponentielle des antennes relais doit également prendre en compte la perte de revenus prévisible pour les organismes HLM. Il est donc indissociable du combat pour la construction et le financement correct du logement social.

Il s’agit bien d’un choix de société qui concerne l’évolution technologique, les communications, l’environnement (dont la production et la gestion de l’énergie consommée par les réseaux), la sécurité sanitaire et le logement.

  A défaut d’élargir ce combat il s’agirait  juste d’une revendication pour que l’antenne soit implantée « dans le jardin du voisin plutôt que dans le miens » ; ce serait dommage.

La Redoute : un conseiller général tape du point sur la table !

Groupe Communiste – Front de Gauche       
Intervention de Michel LEFEBVRE              
Question d’Actualité sur la  Redoute       
       
Le journal «Liberté-­‐Hebdo » titrait la semaine dernière : «Pinault s’enrichit et licencie». On pourrait même dire que Pinault licencie pour s’enrichir toujours plus !
Une fortune de 11 milliards contre 700 emplois.       
       
Voilà un digne représentant d’une caste où l’on aime prôner les sacrifices pour les autres.      
Prenons le temps de peser ces chiffres, et de leur donner chair humaine :  L’argent va à l’argent, et la misère va aux  salariés.       
       
Les faits parlent d’eux même :              
Le groupe Pinault  liquide 700 emplois, soit 700 salaires qui font vivre autant de familles, des pères, des mères, des enfants… En prenant en compte les emplois indirects concernés  par  cette annonce, ce seraient plusieurs milliers de salariés qui pourraient ainsi se retrouver sans travail.       
Au passage, 700 salaires qui sur un an, représentent pour ce monsieur l’équivalent de deux tableaux achetés à Mondrian ou à Murakami.       
       
20131022_102759
Est-­‐il possible d’accepter cette décision alors même qu’il est de notoriété publique que François Pinault fait        partie        des        «       visiteurs du soir» du Président de la République qui, à ce titre, le reçoit régulièrement à l’Elysée ?
Parmi les acheteurs pressentis pour La Redoute, 1ere plateforme de vente à distance en Europe, il y a par exemple le fonds de pension anglais OPCATIPA, celui là même qui avait acheté une enseigne du groupe DARTY, avant de la liquider en 2012.             
Cela annonce clairement le démantèlement programmé de la filière de la vente par correspondance dans notre région.       
       
Certains, ici et ailleurs, peuvent déplorer les choix de Pinault, ou regretter les prétendues erreurs de gestion du groupe. Cela rassure à trop bon compte sur le fait que le politique a son mot à dire.              
       
Toutes celles et ceux qui font preuve de naïveté,  celles et ceux qui semblent découvrir le vrai visage du grand patronat en général et celui du milliardaire en particulier, sèment le doute sur les véritables intentions et les pratiques de ces prédateurs.       
       
Face à leurs comportements, oui, l’Etat a plus que son mot à dire : quand des groupes comme Kering bénéficient de dispositifs tels que le crédit d’impôt compétitivité emploi, d’allègement des cotisations sociales de leurs salariés payés au SMIC, d’aides publiques des collectivités pour l’investissement, les pouvoirs publics sont en droit d’attendre la création d’emploi et le développement de l’appareil productif.       
       
20131022_120502
Il faut désormais taper du poing sur la table, mener une véritable politique de gauche, et ne plus supporter des pratiques où la puissance publique est considérée comme une vache à lait.      
Avec près de 65 milliards d’euros annuels consacrés aux aides publiques aux entreprises, 30 milliards d’allègements de charges et plus  de 100 milliards d’euros de niches fiscales pour les sociétés, il est grand temps que l’Etat et les Collectivités se fassent entendre et respecter des grands groupes.       
Voyons le fond des  choses :  à  La Redoute comme ailleurs, cette casse sociale est organisée, raisonnée ; elle applique la logique financière à l’œuvre.              
       
Elle est la conséquence des choix européens du capitalisme financier.       
       
Le constat des dégâts ne suffit pas, il faut agir pour contrer cette logique mortifère !       
       
À  » l’argent d’abord », il faut substituer « l’humain d’abord ».              
       
Et que l’on ne nous réponde pas par les prétendues contraintes économiques.              
       
20131029_124012
L’économie est elle une science dure dont les seuls acteurs sont les  marchés spéculatifs,  les coûts et les profits ? Ou l’étude de la façon dont les hommes et les femmes vivent et produisent du bonheur collectif et personnel ?       
       
L’économie a-­‐t-­‐elle vocation à se soucier, de manière obsessionnelle, de servir les actionnaires,  tout en demandant continuellement de nouveaux sacrifices aux salariés ?       
       
Prendre nos responsabilités au service des gens, c’est dénoncer cette logique absurde, c’est imposer les ruptures nécessaires.              
       
C’est de cette rupture que notre région à besoin,  de rupture et non pas d’un discours sur la « troisième révolution industrielle » promise (dois je dire vendue ?) par Jérémy Rifkin.       
       

Il faut renoncer à un aménagement inopérant des politiques néolibérales, savoir dire non, cela suffit. Soutenir la lutte des salariés, refuser les licenciements…   Voilà l’honneur du politique, voilà le chemin d’une confiance à reconstruire avec les  gens.       
C’est encore l’éditorialiste du  journal  « Liberté-­‐Hebdo » qui écrivait :  « La fortune de Pinault, ou les salariés de La Redoute, il faut choisir »       
       
Nous vous appelons à faire ce choix.       
       
En dix ans, le seul secteur industriel  du  Nord-­‐Pas-­‐de-­‐Calais a perdu près de 70 000 emplois.       
En cette période la seule question qui vaille d’être débattue est celle du rassemblement des forces vives pour imposer l’idée que l’égalité ne s’arrête pas à la porte des entreprises et que chacun de nos concitoyens a le droit à des conditions de vie dignes.              
   
N’est ce pas ?       
       
Je reprendrais, en guise de conclusion, les propos tenus par Rafael Correa, Président de l’Equateur, ce  jeudi en conférence à La Sorbonne.  Je le cite :  « La solution passe par la  suprématie de l’Etre sur le Capital, et de la Société sur le Marché.  »

La Redoute : Pinault, une fortune batie sur les licenciements massifs

Ce lundi 4 novembre 2013 François Henri Pinault, parton de Kering (ex Pinault-Printemps-Redoute….) a écrit à Martine AUBRY (PS, Présidente de Lille Métropole, Maire de Lille), Pierre de SAINTIGNON (PS, 1er Vice Président du Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais), Michel-François DELANNOY (PS, 1er Vice Président de Lille Métropole, Maire de Tourcoing), René VANDIERENDONCK (PS, 1er Vice Président de Lille Métropole, Sénateur du Nord), Pierre DUBOIS (PS, Maire de Roubaix) … visiblement il a oublié Dominique Baert (PS, Député 8ème circonscription, Maire de Wattrelos) et Francis Vercamer (UDI, député 7ème circonscription) pourtant eux aussi auraient du recevoir ce courrier. Ce sont, eux aussi, des décideurs politiques. 05.05.11-pinault-fourcade

Ce monsieur fort occupé, grand amateur d’art contemporain, doit être perturbé, alors il oublie. Ah les artistes…

Dans cette lettre il leur explique comment, en entrepreneur avisé il gère la situation avec toute l’humanité et le soucis de la survie économique de cette belle entreprise qu’est La Redoute.

Il oublie dans cette lettre de leur rappeler sont palmarès exemplaire, nous réparons ici cette erreur de communication. Car à tout Seigneur (saigneur ?) tout honneur !

Fortune personnelle : 5;9 milliards en 2004, 11 milliards en 2013.

187 % d’augmentation en 9 ans, c’est quand même bien mieux que ce qu’il a attribué comme augmentation de salaires à ses « loosers » de salariés !

1963 Création par François Pinault du Groupe Pinault, spécialisé dans le négoce de bois. 1988 Pinault SA est introduit à la Bourse de Paris. 1991 Entrée dans la distribution grand public avec la prise de contrôle de Conforama. 1992 Apparition de Pinault-Printemps, qui naît de la prise de contrôle de « Au Printemps SA », détenant également 54 % de La Redoute et de Finaref. 1994 La Redoute (6 300 salariés à ce moment là) est absorbée par Pinault-Printemps, renommé Pinault-Printemps-Redoute. En juillet, le groupe prend le contrôle de la FNAC. 1999 PPR entre dans le luxe avec l’acquisition de 42 % de Gucci Group NV. 2003 PPR cède la société Pinault Bois et Matériaux au groupe britannique Wolseley. Plans de licenciements successifs (nombre précis inconnu mais aux alentours de 1000), actuellement en vente. 2005Les salariées du Printemps à Poitiers. Pinault-Printemps-Redoute devient PPR. La même année, le fiston de François Pinault, François-Henri , en devient de PDG. 2006 PPR cède 51 % du Printemps, 300 suppressions d’emplois suivront 2007 Acquisition d’une participation de contrôle dans Puma. 2008 suppression de 700 emplois à La Redoute 2009

  • vente de Surcouf à Mulliez puis liquidation 2 ans après, 600 emplois directs supprimés entre l’achat par PPR et la liquidation finale.
  • plan de « départs volontaires » à Vert Baudet, combien ? Aucun chiffre connu.

confo cgt2011 PPR finalise la cession de Conforama à Steinhoff International. Entre 2009 et 2013 800 suppressions d’emplois dans l’enseigne. 2012 scission de la FNAC … 600 suppressions d’emplois, qui s’ajoutent aux 800 de 2009. 2013

  • PPR devient Kering.redoute manif
  • En février Kering encaisse 1,1 milliard d’euros en revendant Vert Baudet, Cyrillus et la partie américaine de Redcats.
  • Plan de licenciement (700 minimum) de La Redoute et nouvelle filialisation (logistique)
  • Movitex, dépend de Red Cats, plus connu avec son catalogue Daxon (environ 640 salariés aujourd’hui, 1300 en 2001), vente programmée dès que La Redoute est vendue. Movitex connaît aussi des « non » investissements et un désengagement depuis des années. Changement de « stratégie commerciale » tous les 2 ans. Important patrimoine foncier dans la zone industrielle de Croix-Wasquehal.
  • Relais-Colis, distribution de colis, 600 salariés. Vente peut être liée à celle de Redoute ou qui se fera rapidement après celle-ci, déjà 160 licenciements probables, comme l’indique l’intersyndicale.
  • Diam’s, société de mise sous pli et de mailing : 160 salariés, dépend de Red Cats, pas d’informations mais grandes inquiétudes.

Monsieur François-Henri Pinault est l’héritier de papa François, il n’est donc pas un vulgaire entrepreneur !

Son papa et lui même ont réussi le tour de force de supprimer, ou de faire supprimer par d’autres (c’est mieux pour l’image) plus de 9 400 emplois en France en 10ans. De l’art contemporain vous dis-je ! Du génie !

Continental et la famille Peugeot passeraient presque pour des amateurs face à Pinault père et fils!

D’autant qu’il n’est pas exclus que d’ici la fin 2013 ils pourraient bien ajouter plus de 3000 salariés toutes filiales comprises à leur palmarès.

Quand on pense que la mobilisation des salariés avec leurs syndicats, le soutien de la population, de militants et d’élus politiques pourrait faire capoter un si beau projet de record de France du licenciement rentable.

Quand on y pense 5,1 milliards gagnés avec 9 400 suppressions d’emplois cela fait quand même 532 000 € par tête de chômeur! De quoi payer leurs salaires et leurs retraites pendant de très longues années….

(sources de cet article : Challenge, Libération, Les Échos, Médiapart, l’Humanité, Le Figaro, syndicats CGT, Sud, CFE-CGC)