L’arbre et la forêt.

L’arbre et la forêt.
La mesure de confinement prise par le gouvernement français est absolument nécessaire.
Elle s’appuie sur l’expérience vécue en Chine, puis en Italie, sur la situation fragile de notre système de santé public.
16 mars matin, dans un supermarché, bribes de discussion :  » Cette affaire de confinement, c’est l’arbre qui cache la forêt ! »
L’arbre, c’est le coronavirus !… Mais la forêt ?
Depuis des millénaires, l’Europe est confrontée à des épidémies-pandémies : peste, choléra, typhoïde, grippe espagnole…
Elles se sont répandues largement traversant mers, montagnes et frontières.
Le coronavirus n’est donc pas une nouveauté.
Sa diffusion est très rapide, beaucoup plus que celle de la grippe espagnole qui fit en 1918-1919 entre 50 et 100 millions de victimes dans le monde et 250 000 en France.
L’importance du transport aérien, la circulation rapide des individus favorisent la propagation du coronavirus.
La rapidité des sources d’informations, l’excroissance de réseaux, d’officines privées promptes à diffuser les fake-news accélèrent peurs, interrogations…
Pourtant à ce jour, le coronavirus a entraîné moins de 8000 décès dans le monde et tous les experts indiquent que 97 à 98 % des personnes sévèrement infectées seront guéries si des soins appropriés leur sont dispensés.
Si des soins appropriés leur sont dispensés… C’est la question essentielle !
Le personnel soignant : médecins, urgentistes, infirmier(es)s, aide-soignant(e)s sont sur le pont depuis des semaines malgré le manque de moyens, l’angoisse d’être contaminés, l’angoisse de ne pas pouvoir sauver les malades !
Comment se fait-il que dans la France du 21ème siècle, riche de compétences, d’expériences et de savoir-faire médicaux – sans doute un des meilleurs au monde – le responsable du comité scientifique auprès du gouvernement déclare sur RTL que tous les malades ne pourront pas être soignés, nous devrons les trier ?
Aujourd’hui notre pays compte moins de 1000 victimes en situation grave.
Pourquoi notre pays n’a-t-il pas le nombre de masques nécessaires pour protéger toutes les équipes médicales ?
Pourquoi notre pays n’a-t-il pas le nombre de respirateurs nécessaires indispensables à la survie des patients ?
Pourquoi notre pays n’a-t-il pas le nombre de lits suffisants ?
La réponse est malheureusement claire : depuis 20 ans et plus, les politiques ultralibérales, cherchant à augmenter systématiquement les profits, particulièrement dans le domaine de la santé, tournent le dos à l’éthique médicale et aux valeurs de notre République entre autres à l’égalité de toutes et de tous devant la maladie tel que le définissent la Sécurité sociale et nos Constitutions depuis 1946. L’ultralibéralisme, le saccage du service public mettent en cause notre pacte républicain, les fondements de notre société, héritage des luttes de nos aînés depuis 1789.
Pierre Outteryck
Président d’Espace Paul Éluard, Roubaix
18 03 2020

Poster un commentaire ou un rétrolien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :