Liberté de pensée et de recherche en Europe, colloque international Université de Lille1 16 et 17 mai 2014

Lille 2014 Brochure conférence V2 internet

Introduction

L es progrès scientifiques dans le domaine des sciences de la vie ont influencé le comportement de nos sociétés, les citoyens ont de mieux en mieux accepté l’utilisation des sciences dans le contrôle de leur vie, ils ont développé également un esprit critique et acceptent le libre examen.

Ces progrès ont obligé également les Eglises à revoir un certain nombre de leurs dogmes.

Si les techniques biomédicales, génétiques et biotechnologiques sont largement utilisées, des attitudes conservatrices continuent à être présentes dans toutes les Eglises officielles, ainsi que dans les milieux politiques qui y sont liés, et ceci notamment au niveau de l’Union européenne.

Ils refusent, ou au moins retardent, des avancées scientifiques pourtant prometteuses : citons par exemple les recherches en terme de cellules souches, d’améliorations des sciences procréatiques, de diagnostic génétique…

Ces retards affectent non seulement le décryptage des mécanismes vitaux, mais aussi des avancées dans les domaines liés à la santé et à l’épanouissement de l’être.

Nous revendiquons que seule une approche rationnelle doit nous guider, et que la liberté de pensée doit être le moteur de la recherche.

Le colloque de Lille continuera les discussions engagées à Thessalonique en mai 2012, et à Barcelone en septembre 2011, et dans l’esprit de la résolution votée au colloque de Barcelone :

N ous libres penseurs européens, réunis à Barcelone ces 30 septembre et 1 er octobre 2011, dans le cadre d’un colloque de bioéthique, réaffirmons notre attachement au respect de notre pleine et entière liberté de conscience concernant notre vie, du début à la fin de celle-ci. Nous constatons que dans de nombreux pays d’Europe des entraves s’élèvent au plein exercice de cette liberté de conscience. Nous ne pouvons admettre que certains gouvernements s’alignent sur des principes clairement d’inspiration religieuse, énoncés comme des vérités universelles. Il est inadmissible qu’une conception confessionnelle du monde soit imposée à l’ensemble de la société alors qu’il s’agit de défendre et de promouvoir une société où règne un respect mutuel.

Une tendance religieuse ne peut imposer à toute la société sa propre perception spiritualiste de la dignité humaine.

La liberté de pensée s’est construite en Europe contre l’autorité des dogmes. Nous voulons donc réagir contre la nouvelle composition du GEE- Groupe Européen d’Ethique véritable caricature d’une recherche en matière éthique.

Avec une présence massive de théologiens, prêtres ou enseignants d’universités confessionnelles (à savoir 8 des 15 membres, dont pour la France une vierge consacrée!) le GEE se caractérise par une absence totale d’équilibre entre les modes de pensée philosophique et entre les différents corps scientifiques, médicaux et juridiques.

L’alliance d’intérêts au niveau de l’ U. E. entre pouvoir politique et clérical ne peut être mieux démontrée que par la composition du GEE.

Nous ne pouvons admettre que des États européens et l’Union européenne elle-même essaient de remettre en selle des canons religieux aux fins de conservatisme politique, social et éthique et mettent ainsi en péril une paix civile dont seule la séparation des Églises et de l’État est garante.

La liberté de conscience est toujours la première des Libertés à être menacée lorsqu’une alliance se réalise entre ces pouvoirs politiques et cléricaux. Cette alliance prend autorité sur notre vie à partir de principes imposés par une hiérarchie religieuse en rien représentative et en rien démocratique.

La liberté de pensée en Europe est donc en danger. Nous protestons contre l’utilisation dogmatique du concept de dignité humaine pour en déduire entre autre de manière abusive des interdictions à propos de la recherche sur l’embryon, des cellules souches embryonnaires, de nos choix sur notre vie et notre mort.

Les participants de ce colloque poursuivent un seul but, comme le démontrent nos travaux de Barcelone : faire la pleine lumière sur les connaissances, toutes les connaissances afin que chaque citoyen se forge son opinion en s’émancipant de toute tutelle.

Nous voulons donc protester contre cette forme de fondamentalisme présent dans certains Etats, à savoir un groupe partisan, qui sur base de critères théologiques, voudrait imposer à tous les êtres humains, même à ceux qui ne partagent pas ses croyances religieuses, sa conception non laïque de la société.

Cela porte un nom que l’on pensait disparu du vocabulaire européen : le totalitarisme.

Les participants à ce colloque saisissent cette occasion de rendre hommage et de manifester leur soutien à tous ceux, qu’ils soient professionnels de la santé, membres de comités d’éthique, responsables à un titre ou un autre de politiques publiques concernées par ces questions, et qui défendent avec courage et clairvoyance les principes de cette déclaration et les valeurs de liberté qui nous tiennent à cœur. (Barcelone, septembre 2011)

A l’initiative de :

  • Fédération Nationale de la Libre Pensée (FR)

  • Association Internationale de la Libre Pensée

  • Fédération des Amis de la Morale Laïque (B)

  • Centre d’Action Laïque (B)

  • Fédération Humaniste Européenne

• En partenariat avec l’Université de Lille1

• Avec le concours de :

  • La région Nord Pas-de-Calais,

  • Radio Campus Lille,

  • La Fédération du Nord de la Libre Pensée,

  • Entraide et Solidarité des Libres Penseurs de France,

  • Université Libre de Bruxelles, Université de Mons.

PROGRAMME

Vendredi 16 mai

9.30 – 10.00

Enregistrement et café d’accueil

1ère Session : Liberté de pensée en Europe

La Liberté de pensée s’est construite en Europe contre l’autorité des dogmes : une tendance religieuse ne peut imposer à toute la société sa propre perception spiritualiste de la dignité.

Présidence : Georges Sand (B)

10.00 – 10.15 Mots d’accueil : M. le Président de l’Université de Lille 1, Charles Susanne (B),

Michel Godicheau (F).

10.15 – 11.00 Guy Lengagne (F) – Introduction : « Les lois de bioéthique – le politique est-il libre ? »

11.00 – 11.15 Philippe Forget (F), « Bioéthique ou souveraineté délibérative du citoyen ?»

11.15 – 11.30 Myriam Wauters (B), « Les manipulations du concept de dignité humaine »

11.30 – 11.45 Alexandre Mauron (CH), « Science contre idéologies : des conflits multiformes »

11.45 Discussion

2ème Session : Procréatique

Faire la pleine lumière sur les connaissances, toutes les connaissances afin que chaque citoyen se

forge son opinion en s’émancipant de toute tutelle – Nouvelles technologies en procréatique

(procréation assistée, eugénisme, embryon, médecine prédictive).

Présidence : Nina Sankari (PL)

14.00 – 14.15 Pierre Jouannet (F), « Mélange des genres dans la procréation et la parenté ».

14.15 – 14.30 Henri Alexandre (B), « Embryologie et Médecine : jusqu’où ne pas aller trop loin ? »

14.30 – 14.45 Maria Casado (E), « En termes de santé : liberté de décider »

14.45 – 15.00 Théophanô Papazissi (Gr), « La mère porteuse et la procréation post-mortem dans la loi grecque »

15.00 Discussion

15.30 Pause café

3 ème Session : Liberté et Responsabilité de la Science

Faire la pleine lumière sur les connaissances, toutes les connaissances afin que chaque citoyen se

forge son opinion en s’émancipant de toute tutelle – Recherche, expérimentation, liberté et responsabilité de la science.

Présidence : Michel Godicheau (F)

16.00 – 16.15 Serge Lowagie (B), « Cellules souches : aspects mythiques, éthiques et thérapeutiques »

16.15 – 16.30 Philippe Horlait (B), « L’animal en recherche médicale, éthique et controverses »

16.30 – 16.45 Stratos Kalaïtzis (Gr), « Les choix éthiques dans le contexte de la destruction d’un système de santé »

16.45 – 17.00 Jean-Sébastien Pierre (F), « La science est-elle irresponsable ? »

17.00 Discussion

Samedi 17 mai

4 ème Session : Amélioration de l’Humain

Présidence : Maria Casado (E)

10.00 – 10.15 Jean-Noël Missa (B), « L’augmentation de l’humain, perspectives éthiques et philosophiques »

10.15 – 10.30 Serge Blecic (B) : « Ethique et neurosciences »

10.30 – 10.45 Régis Vandenmersch (Univ. Lille 1), « Transplantation d’organes : aux limites du sacré ? »

10.45 Discussion

5 ème Session : Liberté de fin de vie

Présidence : Daniel Dubois (F)

11.00 – 11.15 Jacqueline Herremans (Présidente ADMD Belgique) « Le droit de mourir dans la dignité »

11.15 – 12.00 Table ronde avec la participation de : Philippe Maassen (commission bioéthique belge) , Marc Mayer (Univ. Libre de Bruxelles) , Myriam Wauters (Déléguée ADMD) , Maître Boulay (Avocat ADMD France) , Ascencion Cambron (Université de la Corogne)

6 ème Session : Liberté de recherche

Refuser la prétention de certains Etats qui sous la pression de groupes partisans, voudraient, sur la

base de critères théologiques imposer à tous les êtres humains, même à ceux qui ne partagent pas

leurs croyances religieuses, leur conception non-laïque de la société.

Présidence : Jean de Brueker (B)

14.00 – 14.15 Nina Sankari (PL) : « Promotion par l’Eglise de l’accomodationisme comme tentative de limiter l’impact de la recherche scientifique en Pologne »

14.15 – 14.30 Dominique Goussot (F) : « Normes internationales et liberté de la recherche »

14.30 – 14.45 Charles Susanne (B) : « Quand les sciences de la vie deviennent dérangeantes !»

14.45 – 15.15 Discussion et adoption de la résolution

15.15 – 16.00 Allocutions de clôture :

Christian Eyschen (Vice-Président de la FNLP, Porte-parole de l’AILP),

Pierre Galand (Président de la FHE)

Clôture – annonces

LES ORGANISATEURS ET INTERVENANTS

Georges SAND (B) Docteur en sciences (ULB), charge de cours, directeur honoraire dans l’enseignement sup. tech. de la Province de Hainaut. Administrateur de mouvements d’éduc. permanente, de services aux entreprises, Centre Hainaut-Namur pour la gestion de la qualité.

Charles SUSA E (B) Docteur en biologie – Vrije Universiteit Brussel—VUB et ULB. Pdt de l’European Anthropological Association et de l’European association of global bioethics.

Michel GODICHEAU (F) Juriste – Animateur de la revue « Droit et Laïcité » – membre fondateur du Bureau européen de coordination de la Libre Pensée (BECLP)

Guy LE GAG E (F) Ancien rapporteur à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, ancien ministre. Ancien maire de Boulogne-sur-Mer.

Philippe FORGET (F) Directeur de la revue philosophique « L’art du comprendre ». Collabore régulièrement à La Raison et à l’Idée Libre.

Myriam WAUTERS (B) agrégée de l’enseignement secondaire. Enseigne la pratique professionnelle, la gérontologie et la psychologie appliquée.

Alex MAURON (CH) Biologiste moléculaire. Professeur de bioéthique à la faculté de médecine de l’Univ. de Genève. Membre de l’Académie Suisse des Sciences Médicales.

Jean de BRUEKER (B) Secrétaire général adjoint du Centre d’Action Laïque.

Ina SANKARI (PL) Collaboratrice de l’Académie des Sciences de Pologne. Présidente de l’Association rationaliste de Varsovie.

Dominique GOUSSOT (F) Juriste – Animateur de la Commission Droit et laïcité de la Fédération Nationale de la Libre Pensée

Pierre JOUA VET (F) Médecin – biologiste de la reproduction – membre de l’Académie nationale de médecine. Univ. de Paris

Henri ALEXANDRE (B) Docteur en biologie – Professeur aux Univ. de Mons et de Bruxelles (ULB), ancien doyen de la faculté de médecine et pharmacie de l’Univ. de Mons. Membre du Conseil consultatif de bioéthique de Belgique.

Maria CASADO (Es) Professeure de philosophie du droit – Directrice de l’Institut Bioéthique et Droit de l’Université de Barcelone. Titulaire de la chaire Unesco de bioéthique.

Théophanô PAPAZISSI (GR) Professeure de Droit Civil à la faculté de Droit de l’Univ. Aristote de Thessaloniki.

Serge LOWAGIE (B) Bio ingénieur diplômé de l’ULB. Fondateur et gérant d’une société de matériels pour les laboratoires de recherche en biologie cellulaire.

Philippe HORLAIT (B) Docteur en médecine vétérinaire. Responsable du bien-être et de la santé animale des animaleries de recherche de l’ULB (Bioparc-ULB Brussels South).

Efstratios KALAÏTZIS (GR) Docteur en médecine, chirurgien viscéral, ancien chef de service.

Jean-Sebastien PIERRE (F) Professeur d’écologie à l’Univ. de Rennes 1, directeur de l’UMR 6553 Ecosystèmes. Biodiversité. Evolution. Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée.

Jean-Noël MISSA (B) Docteur en médecine et en philosophie. Membre du comité consultatif de Bioéthique de Belgique.

Serge BLECIC (B) Docteur en médecine, neurologue, fellow of the stroke council, American Heart Association, chef de service de neurologie à l’hôpital Epicura de Ath-Baudour-Hornu.

Régis VANDERMERSCH (B) Enseignant en immunologie Univ. de Lille 1 – Commission Bioéthique au G.O.D.F.

Daniel DUBOIS (F) Professeur de mathématiques à l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE), Univ. Lille Nord de France. Président de la « Libre Pensée du Nord »

Jacqueline HERREMA S (B) Avocate, Présidente de l’ADMD (B), membre du Conseil consultatif de bioéthique de Belgique.

Christian EYSCHE (F) , Vice-Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, Porte-parole de l’Association Internationale de la Libre Pensée, rédacteur en chef de La Raison, ancien représentant de l’IHEU à l’UNESCO.

Pierre GALA D (B) ancien sénateur, Président du Centre d’Action Laïque et de la Fédération Humaniste Européenne.

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :