Une belle et forte initiative : la CGT de Roubaix face au rythmes scolaires.

Le jeudi 6 juin, 200 employés communaux, surtout des femmes, travaillant dans les écoles, des parents d’élèves sport scolaireavaient répondu à l’appel du syndicat CGT des communaux dans la salle des Conférences de la Mairie.

L’émoi était vif : la municipalité, avec une concertation la plus modique possible, avait pris la décision de prendre à son compte les demandes de l’Education Nationale et de porter la semaine scolaire à 4,5 jours, dès septembre 2013.

D’emblée, les questions fusent sur les conditions de travail, les rythmes imposés par les chefs de services, les contrats précaires, le refus de dialogue des autorités municipales.

Frédérique Weytsman, Secrétaire Général des Communaux CGT de Roubaix parvient avec intelligence à canaliser le débat, à rebondir, et à pointer les silences et refus de dialoguer du Maire.

bricolage nonVient ensuite, le changement des rythmes scolaires. Tous notent la précipitation, le manque de concertation, la volonté de prendre en compte besoins et aspiration des enfants, des parents et des personnels.

Une voix fuse : « Roubaix va être la seule grande ville de l’agglo à se lancer dans ce choix ! »

Les enfants de Roubaix qui ont déjà de nombreuses difficultés ne deviendront-ils pas un laboratoire ?

Des parents d’élèves interviennent comme Eric Mouveaux (école Elsa Triolet, Alma-Gare) pour dénoncer ces pratiques alors que les familles, les enseignants, les personnels communaux souffrent déjà des conséquences de la misère et de la précarité sur l’apprentissage et l’éducation des enfants.

Au nom de la cellule communiste, Pierre Outteryck souligne le rôle fondamental du personnel de service : « sans reforme scolairevotre travail opiniâtre, les enseignants, les enfants ne pourraient pas travailler dans de bonnes conditions. A Roubaix plus qu’ailleurs c’est indispensable. »

Il ajoute : « c’est clair, vous ne refusez pas les nouveaux rythmes mais vous contestez la hâte et sa mise en place. Soulevons aussi le problème des moyens : nous avons près de 10 000 enfants à Roubaix en maternelle et primaire , quels moyens seront-ils mis à leur disposition pour profiter de ces nouveaux rythmes ?. Quels seront les statuts des nouveaux intervenants ? »

Il rappelle que les élus Communistes ont refusé au Conseil Municipal de voter pour la mise en place de ces rythmes dès septembre 2013.

Ils ont été clairvoyants !

hollande scolaireLe journal les Echos, dans son édition du 13 juin, souligne les désaccords entre l’Education Nationale et la Caisse Nationale d’Allocations Familiales quand au financement de la réforme. L’article mentionne également le refus du Conseil d’État de valider le décret modifiant les règles d’encadrement des mineurs… le but était de faire des économies en réduisant le nombre d’encadrants.

C’est peut être pour toute ces raisons que seuls 20 % à 25 % des enfants scolarisés dans les écoles publiques françaises seront concernées dès septembre 2013.

La prudence n’est elle pas la mère de toute les vertus ?

 Pierre OUTTERYCK

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :