Le point commun entre l’ANI et les lasagnes au cheval ? Une tromperie !

« Cet accord constitue une tromperie sur la marchandise. Le contenu du paquet n’a rien à voir avec ce qui est écrit sur l’étiquette ! » Bernard Thibault, Secrétaire Général de la CGT

« La flexibilité de l’emploi c’est maintenant, la sécurisation de l’emploi, c’est demain … peut-être ! » Jean-Claude Mailly, Secrétaire Général de FO.

Dans un précédent article nous nous sommes engagés à décrypter le texte de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) , sous titré « Accord National pour un nouveau modèle économique et social », signé par le MEDEF et trois organisations syndicales minoritaires. Voici le premier article de cette série.

Article 1 : Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé.

Cet article pose le principe de la généralisation de la couverture complémentaire obligatoire des frais de santé pour l’ensemble des salariés. Il défini un panier minimal de soins de base bien inférieur à la plupart des contrats individuels (100€ par an de forfait optique, 94€ pour une couronne dentaire…).

Cette généralisation peut être perçue comme une avancée significative pour les salariés qui travaillent dans les petites et moyennes entreprises ou encore dans le commerce et l’artisanat. Ce type de complémentaire existant déjà dans un grand nombre de grandes et moyennes entreprises.

sécu

Il pose pourtant un certain nombre de questions : 

  • Le MEDEF, qui représente aussi les grandes compagnies d’assurances, accepte de quo-financer (50% payé par l’employeur, 50% par le salarié) des contrats privés d’assurances santé et refuse catégoriquement l’augmentation des cotisations maladies sur les salaires. Pourtant une augmentation, du même montant, permettrai d’améliorer significativement la prise en charge maladie de l’ensemble de la population : salariés, retraités, étudiants et privés d’emplois. Il s’agit donc d’une disposition qui renforce le démantèlement progressif de l’Assurance Maladie, système basé sur la solidarité. Les principaux bénéficaires de cette mesure sont les compagnies d’assurances.

  • pmeLe MEDEF c’est opposé catégoriquement à la signature des contrats au niveau des branches professionnelles. De ce fait il défavorise sciemment les petites entreprises, les artisans et les commerçants qui « négocieront » seuls face aux multinationales de l’assurance.

  • La mise en œuvre concrète de cette mesure est renvoyée à la conclusion d’accords de branches et d’entreprises. Elle s’appliquera à l’ensemble des salariés au plus tard le 1er janvier 2016. Les articles de l’accord qui réduisent les droits des salariés s’appliquent pourtant quasi immédiatement.

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :