Mariage pour tous : L’Action Catholique Ouvrière écrit aux évéques de France

logo aco Le 21 décembre 2012

Monseigneur,

 Après divers temps et lieux de partage et de réflexion en ACO concernant ce qui est appelé « mariage pour tous », et suite à un échange en Bureau national nous aimerions, comme responsables de mouvement d’Eglise, vous faire part de quelques réflexions et interpellations qui traversent notre Mouvement.

 Pour cela, nous faisons référence à nombre de témoignages des membres de l’ACO qui se situent de manières diverses concernant le projet de loi, dont nous vous partageons quelques propos : « Nous comprenons très bien que l’Eglise ne soit pas d’accord avec le mariage pour tous, mais « rameuter » les chrétiens pour manifester leur opposition, cela dépasse l’entendement ». « Les homosexuels n’ont pas choisi d’être ainsi et nous, parents, nous souhaitons qu’ils puissent s’épanouir dans leur différence, qu’ils aient les mêmes droits que les autres couples, que leur amour soit reconnu officiellement ». « Nous avons approuvé, en son temps, la création du PACS. Si la situation des couples de même sexe le nécessite, ne pourrait-on pas le modifier sans remettre en question la notion de mariage ? ».

Ces témoignages interpellent sur la souffrance engendrée particulièrement par des prises de position dans notre Eglise, tout autant que par un rejet toujours présent dans notre société à l’égard des personnes homosexuelles.

 Il nous semble que la diversité des opinions chrétiennes n’est pas honorée par ces prises de position puisqu’elles se sont exprimées en amont des débats qui commencent seulement à se vivre à l’intérieur de l’Eglise.

 Et si nous ne contestons pas aux responsables de l’institution ecclésiale le droit à donner une position officielle, nous sommes interpellés par le contraste entre une telle dépense d’énergie pour peser sur la question du « mariage pour tous » et la frilosité voire même le silence sur d’autres sujets où la parole chrétienne serait tout aussi légitime. La marchandisation du monde n’engendre t’elle pas trop de souffrances parmi les travailleurs du monde entier : conditions de travail dégradées et dégradantes, précarité, pauvreté, privation d’emploi… ?… des situations aux répercussions dramatiques sur la vie des personnes et de leurs familles, au sein desquelles les enfants ne sont pas épargnés.

 Nous sommes mal à l’aise avec les propos du Catéchisme de l’Eglise Catholique qui qualifie « d’actes désordonnés, de dépravation » des sentiments sincères, et appelle les homosexuels à la chasteté. Nous apprécions le document du Conseil Famille et Société de votre conférence nationale lorsqu’il dénonce les actes malveillants et rappelle que les catholiques doivent avoir une attitude de respect, d’écoute et d’accueil de la personne homosexuelle au cœur de notre société, puisque nous sommes tous Filles et Fils de Dieu.

 Si les avis divergent au sein de notre Mouvement sur le « mariage pour tous », la possibilité d’adoption, nous voulons par ce courrier rappeler qu’au nom de notre baptême, la première attitude à avoir est celle de l’accueil et du respect, et qu’il importe d’engager le dialogue.

 Il nous semble également important de considérer avec amour les enfants qui vivent déjà avec des couples homosexuels, et qui ont droit de grandir sereinement, protégés de la haine et de l’homophobie. Il nous semble important de ne pas les stigmatiser au prétexte que la famille idéale serait « un papa, une maman, des enfants ». Or, nous rencontrons aujourd’hui beaucoup de femmes qui élèvent seules leurs enfants et nombreuses sont les familles recomposées. Elles existent et ne doivent pas être ignorées.

 Les manifestations qui veulent défendre l’institution du mariage ne font, à notre sens, qu’attiser les souffrances et l’incompréhension, et ne permettent pas un débat serein. L’Eglise n’a-t-elle pas, en corollaire du texte publié par le Conseil Famille et Société à encourager la recherche sur les solutions diverses que l’on peut envisager, même si c’est au législateur de décider.

 Notre mouvement encourage ses membres à entrer dans le débat et les invite à prendre connaissance du texte publié par le conseil Famille et Société, des propos de Jean Rigal et d’autres apports sur le sujet.

Le vote d’une loi ne marque pas une fin en soi. Et pour cette question, comme pour toutes celles qui touchent à l’intégrité de l’Homme, le débat se poursuivra dans notre mouvement.

 Nous faisons nôtres ces paroles de Jean Rigal « Les chrétiens savent que l’Evangile reste leur guide et leur stimulant ». Que ce temps de Noël ravive notre espérance en une Terre nouvelle et un Monde nouveau.

 Unis dans la mission confiée par le Christ dans son Eglise,

 

Cordialement,

 p/o l’Action Catholique Ouvrière,

 ses co-présidents : Isabelle Honvault Jean-Louis Lapert

 

 

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :