Archives mensuelles : septembre 2012

Quel avenir pour nos associations ? une journée à l’initiative de RECIT et du CAC

RECit (Réseau des Ecoles de Citoyens) et le CAC (Collectif des Associations Citoyennes)

vous invitent à une journée de réflexion

Lancement du parcours

« Actions Sans Moyens »

en région Nord-Pas de Calais


Quel avenir pour nos associations ?

  •  » C’est la crise, c’est normal que l’état et les collectivités financent moins nos actions « 

  •  » En mettant en place des actions sans moyens, on donne finalement raison aux financeurs « 

  •  » Quand tout va bien, on trouve du temps pour travailler avec les autres, mais quand ça va mal, chaque association reste dans son coin ! « 

  •  » On ne fera jamais des actions aussi intéressantes si on a que des bénévoles « 

 
Samedi 22 septembre

de 9h30 à 16h30

dernière minute, la réunion est reportée en novembre 2012, nous vous tiendrons informés de la nouvelle date

A l’hôtel de Ville de Roubaix

(salle des conférences)

Métro Grand-Place – accès par l’arrière de l’Hôtel de Ville

Comment réagir face à la diminution (déjà effective, et annoncée) des financements publics ? RECit (Réseau des Ecoles de Citoyens) et le CAC (Collectif des Associations Citoyennes) lancent un cycle d’ateliers afin de partager nos réflexions et nos pratiques et d’envisager ensemble des solutions. C’est pour cela qu’ils vous invitent à une soirée sur le thème :
De la mise en place d’actions sans moyens financiers publics à l’évaluation des contributions associatives à l’intérêt général

 Cette première soirée, centrée principalement sur la réflexion autour des actions sans moyens, est ouverte à tout le monde.
N’hésitez pas à venir partager, le temps d’une journée d’échanges, votre expérience de l’action citoyenne et vous nourrir de ces réflexions.

Merci de prévoir de quoi nous sustenter le midi autour d’une auberge espagnol !

Merci de confirmer votre participation en écrivant à erika@recit.net

Pour en savoir plus sur le Collectif des Associations Citoyennes
Consultez leur site  : www.associations-citoyennes.net

ou écrivez leur à contact@associations-citoyennes.net

Publicités

A propos de jeux dits paralympiques

Viennent de se tenir à Londres les jeux dits paralympiques. La cérémonie d’ouverture et la plupart des épreuves ont attiré un large public ; la reine d’Angleterre elle-même y fut présente.

Interrogeons–nous cependant sur le sort réservé à cette belle manifestation réunissant les athlètes handicapés venus du monde entier. Surprise et scandale ! La presse française a fait peu de place à ces jeux. La télévision française n’a retransmis aucune épreuve en direct.

Les victimes de handicap feraient-elles peur ? Pourquoi ces jeux dits paralympiques n’ont-ils pas été inclus dans les épreuves olympiques ? N’est-il pas scandaleux que le Comité International Olympique ait obligé ces jeux à se qualifier comme « paralympiques » ? Pourquoi ni le président de la République, ni le Premier ministre, ni le ministre des Sports n’ont-ils protesté solennellement contre cet état de fait ?

Il est vrai que dans notre pays, les victimes d’un handicap et leurs familles, malgré les efforts des associations, ont peu de place et leurs droits sont souvent bafoués.

L’application de la loi de 2005 « favorisant l’insertion des personnes victimes d’un handicap » est souvent mise en cause, retardée ; certaines dispositions ont été revues à la baisse.

Beaucoup de familles sont laissées dans le désarroi, et l’insertion des jeunes victimes d’un handicap au sein des services publics de l’Education Nationale est le plus souvent, tant elle est ébauchée, réalisée sans moyen et sans formation des personnels qui accueillent ces enfants. Quant à l’aide aux adultes handicapés, elle est fixée en dessous du SMIC… A peine de quoi survivre.

Pourtant, aujourd’hui, la dureté accrue des conditions de travail favorise les accidents de travail et les maladies professionnelles, entre autres celles liées au stress ou au harcèlement. Il n’existe que 12 000 places en France dans les centres de réinsertion professionnelle. Les listes d’attente sont démesurément longues !

Pierre Outteryck, président de l’Espace Eluard.

En partenariat avec l’association CRIS, l’Espace Eluard peut vous aider à organiser des débats autour de la situation des victimes de handicap. Ils peuvent mettre à votre disposition le documentaire de 56 minutes « Une place sur terre » réalisé par Isabelle Ingold et Viviane Perelmuter avec le concours du Conseil Général du Nord.

Demi part fiscale : une bombe à retardement de Sarkozy pour 2013!

A l’initiative de Nicole Duhamel , habitante de Wattrelos (fille d’ Emile Duhamel, le sauveur du canal), un collectif de citoyens de l’agglomération roubaisienne se mobilise contre la suppression de la demi-part fiscale pour les veufs(ves ), divorcés(ées) et séparés(ées) ayant au moins élevé un enfant. Ils diffusent une pétition pour mobiliser les citoyens et interpeller les parlementaires qui voteront le budget de la nation dans quelques semaines.

Cette mesure votée le 27 décembre 2008 par la majorité UMP/Nouveau Centre a vue son application totale repoussée progressivement jusqu’à la fin de 2012.

Pour quelles raisons? Y aurait-il eu des élections en 2012?

 Selon les calculs du ministère des finances cette mesure rapportera en 2013 près de 1 milliard d’euros au budget de l’Etat !

 A ce jour deux députés ont répondu à l’interpellation des citoyens.

  • Alain Bocquet, Député PCF-Front de Gauche et Maire  de Saint-Amand-Les-Eaux a écrit aux Ministres des Finances et du Budget afin de connaître l’intention du gouvernement pour 2013 à ce sujet. Il relais également la demande de maintien de cet avantage dont bénéficient un grand nombre de personnes (voir ci dessous).

  • Dominique Baert, Député de Roubaix-Wattrelos apparenté socialiste et Maire  de Wattrelos, a répondu dans un courrier détaillé. Il y fait référence à la Cour des Comptes qui demande une forte réduction des « niches fiscales » et aux objectifs budgétaires du gouvernement. Il doute de l’annulation de cette mesure (voire ci dessous).

Comme ces citoyens, nous attendons avec impatience de connaitre l’opinion de messieurs René Vandierendonck (Sénateur) et Francis Vercamer (Député), tout deux parlementaires  de notre aglomération.

Si rien ne change, le montant de 1 milliard d’euros prélevé l’année prochaine dans la poche des citoyens, y compris les plus modestes, et à mettre en rapport avec :

– les 100 milliards d’euros annuels d’exonérations diverses de cotisations sociales, qui sont  inefficaces pour lutter contre le chômage (selon la Cour des Comptes).

– les 50 milliards d’euros annuels de recettes perdues par l’État en raison de l’évasion fiscale (et si on embauchait des fonctionnaires pour faire rentrer tout ce pognon au lieu d’imposer un peu plus les gens de peu ?).